L’hiver trumpète, certains partent à Brive, au Cambodge, d’autres ont pris la mer, une fusée. Avant de griller comme des saucisses, un petit rappel de la vie sur terre.
https://www.youtube.com/watch?v=5wtoYN1-Cks&feature=youtu.be

25 Heures de dingue Kinder Bueno

2 mois que les post ont du retard, qu’on navigue entre juridique, technique Facebook, accords youtubeurs, tag TV plié en 3 jours, Endemol qui ne sait plus comment il s’appelle ;

2 mois qu’on apprend le TT twitter, l’event Facebook, et les chefs de projet ils ne sont pas digitaux, et le digital il n’a jamais produit d’émission TV et 25 heures de live personne ne sait ;

2 mois que PNL je ne peux pas, qu’on passe les WE à rattraper le retard de la semaine, et que chaque jour on réalise tout ce qu’on n’a pas encore fait mais qu’on en rajoute encore ;

2 mois pour finir par ne plus dormir et dire samedi à 14h dans le taxi à Raphaelle « les tournages je connais, mais là je ne sais absolument pas ce que ça va être – ah mais personne ne sait».

Samedi dans la matinée, les trolls sont sortis sur Twitter et il ne faisait pas aussi beau que prévu.

15h30 à la Cité du Cinema Jaaaaacques Endemol est content de montrer le beau camion Bueno et y a déjà du public qui fait la queue.

Laure au taquet (la dame qui gère le conducteur et parle à l’oreillette des animateurs) nous tombe dessus « le nombre de cadeaux, les marques qu’on peut citer ». Les gens courent partout, les CM jouent la décontraction et le client happy. On va répéter 1 heure avant, on va répéter 30 mn avant, on va pas répéter. Les 5 gagnants qui viennent de toute la France sont déjà potes comme cochon et ultra-motivés. Marion&Anneso Fun radio toutes petites et Beaugrand arrive tel le chevalier à la rose (oui il a un côté Opérette). Margot est déjà dans le camion régie à vérifier qu’on lancera bien le compte à rebours et ce sera live et Raphael refait des fichiers habillages. A 17H ça démarre et on est tous sur nos smartphones et oui on a connecté la putain d’API de Mark et ça marche. J’ai failli pleurer en mode film américain quand la navette décolle. Et on va passer 25H à vivre un truc en vrai et à le regarder sur smartphone et les Iphone vont décéder les uns après les autres. 25 heures dans un tour bus à se marcher dessus et rester concentrés. Et des habillages de toute beauté qui ponctuent chaque instant. Un groupe whatsapp pour parler entre nous, sans client et gérer en direct. Fabriquer du post, des snap, répondre aux internautes excités, screenshoter les gagnants des instantwin, et suivre le live. Les bilans des boucles en live aussi pour diffuser les bonnes ondes. En plein vigipirate le camion transparent se fait République et la Bastille pour rejoindre la péniche. 1 heure de retard sur le programme. Beaugrand il te fait du programme avec rien, team Wartek contre team Jaymax, j’ai gagné (Jaymax est bien plus cool). Le mec spécialiste de Fifa a la gerbe, il est blanc, je dis oui à la prod pour raccourcir Fifa. La boucle de nuit des licornes en folie part brutalement, internautes furax, clients inquiets. Y a le feu, Uber, on fonce au Seven pour snapchater l’arrivée des candidats et gérer le CM de nuit. Y a 100 internautes qui veulent pas décrocher, ils sont la team de nuit. Droit dans nos bottes « les candidats se reposent mais on va vous faire gagner des Bueno ». A 3 heures du mat je dis à Jaacques Endemol de lancer le best of du jour 1. A 4 heures du mat Julien spot la licorne. Les jumelles (des gagnants) dorment dans la même chambre, du coup on a une chambre avec Margot pour se brosser les dents et dormir 2 heures. On fait semblant de se coucher habillées et quand ça sonne à 5h on dit « oh putain ». Les CM de nuit sont dans le lobby parfumé, les gagnants descendent et hop taxi pour arriver avant eux à l’Atelier des sens. 6 heures du mat j’ai des frissons et Mélanie trouve une boulangerie ouverte. Le café manque cruellement et le client nous rejoint péniblement. Puis visite de Paris avec soleil radieux et Marion&Anneso confondent la Gare de l’est avec l’Opéra. Les vues sont moyennes, dimanche à 10H le millennial dort et on discute de ne pas pouvoir médiatiser le live. Le gars spécialiste n’a pas le wifi chez lui donc peut pas aider. Mathieu gère en direct le TT Twitter et Raphael fait des gif avec le monteur sur place. La course de licornes est décevante hormis un magnifique plan produit. On attend Tof Beaugrand qui revient frais comme un gardon et hop ça repart. Il raconte n’importe quoi pendant qu’on déjeune à côté de lui. C’est diablement live. Le client fait la licorne et Margot réfléchit avec des rires nerveux. Sur le groupe Whatsapp on décide de se servir des boucles de 4h de Facebook live. Quand on démarre une nouvelle boucle ça renvoie une notif et donc ça relance le traffic. On relance la boucle de 4 heures quand on arrive sur le driftmakeup. On finit en beauté : Drift, Jumpator puis fête, Omongâteau. Le drift ça fait peur, Beaugrand please redit qu’il faut pas faire ça sur la route. Magnifique PIP d’Endemol : vue extérieure + vue dans la voiture, ooohhh. La licorne continue de passer et screen shots et va falloir leur envoyer des bons d’achat. Mathieu nettoie Twitter parce que la youtubeuse Léa Camilieri se fait pourrir par Raptor (a priori y a un clash depuis 2 semaines sur les internets). Mélanie se bat avec les agents du Woop pour qu’ils twittent parce que merde on a payé pour ça. Le client ne voit rien, ça reste entre nous et Endemol. Raphaelle surveille le client dans le bus. On arrive au Jumpator final et client surpris de voir les gagnants sauter déguisés. Les Iphone crient misère et Beaugrand fait sa chochotte pour sauter de 4m. Naan il gère le temps car c’est un terminator de l’animation. Danseuses brésiliennes, photocall, Kinder Bueno de 1M50 de long. Le client dit merci. On fait des photos de groupe.

Les Iphone sont morts, on peut même plus appeler de taxi. Des filles de chez Endemol pleurent presque. Jaaaacques Endemol allume ses cigarettes à l’envers. On rédige le dernier post avec Mathieu. Validation du groupe Whatsapp. « merci à tous. On va se reposer, on s’occupe de vos cadeaux et on revient vite ». Messages de remerciement des internautes. On repart en crew en metro.

Le social c’est dur : faut être là, faut parler aux gens, faut proposer des trucs !

C’est la vie quoi !

 

Donne-moi un peu de mou

Même s’il faut de l’argent

Même s’il faut payer

 

Donne-moi un peu de mou

Même s’il faut élever

Même s’il faut veiller

 

Laisse-moi respirer

Caresser un peu

Un peu de joli

Juste deux verres ou trois

 

Donne-moi un peu de flou

Même si c’est tranchant

Même s’ils disent amant

 

Donne-moi un peu de flou

Même s’il n’y a plus de vent

Même si lit d’absent

 

Laisse-moi sombrer

Enivrer un peu

Un peu de corde

Juste deux plaines ou trois

 

Donne-moi un peu de sioux

Même s’il faut réchauffer

Même s’il faut mettre à l’ombre

 

Donne-moi un peu de sioux

Même si c’est trop grand

Même s’il est ignorant

 

Laisse-moi explorer

Me buter un peu

Un peu de candeur

Petit cheval saura

La plaine sera calme

Le verre brisé au coin

La plume à la cime

Le début à l’endroit

 

Masse-moi le dos

Je regarde un truc

Je regarde l’arbre vert

Masse-moi le dos

Sans homme la nature gazouillerait toujours

J’attrape des tomates

Masse-moi le dos

Je cherche la pièce qui manque

Et tout d un coup elle était là

Masse-moi le dos

T’as vu il crie fort Paco ?

Oui j’ai entendu

Masse-moi le dos

Tu laisses toujours tes chaussettes à l’envers

Tes chaussons sont à l’étage

Masse-moi le dos

C’est bizarre de chercher des trèfles à quatre 4 feuilles

Impair c’est plus joli

Masse-moi le dos

Je roulotte ton oreille

Petit caramel salé

Masse-moi le dos

Qu’est ce qu’on pourrait bien faire

Il faudrait une table de mixage

Masse-moi le dos

 

En écoutant Delphine, l’été

from laviematerielle.com avec Elias 10 ans

Capture d’écran 2015-09-01 à 19.41.44

Oui c’est ça, relancez-moi

J’avais fait un faux départ

En retrait tout du lézard

En attendant que ça se passe

Relancez-moi le vieux têtard

 

Oui c’est ça, relancez-moi

Je vois bien le changement de direction

Un lacet, un entrechat

Si ça se décide, si ça déclique

Relancez-moi le faux scorpion

 

Oui c’est ça, relancez-moi

Je n’y arrive pas avec l‘étiquette

Une case, un bout tortue

En attendant que ça clignote

Relancez-moi la tête à linotte

 

Oui comme ça, relancez-moi

Un coup de piste en selle

Un rebond de fruit mûr

En attendant le nectar

Relancez-moi le petit Babar

 

Ebaubi,

Abasourdi,

 

Emberlificoté,

 

Relancez-moi ce bazar avant la prochaine guerre.

C’est une histoire qui recule, qui part en arrière et qui y revient.

Le rêve est dans le rêve qui est dans le rêve qui est dans le rêve qui est dans le film.

Ça tient à rien.

Un gars qui cherche le gémissement de l’année dans sa voiture.

Deux gars qui discutent dedans, dehors, dedans, dehors.

L’absurde est réalité et Reality attend que ça se passe.

Vous avez un eczema dans la tête, le sanglier a une cassette VHS dans le ventre et Chabat un suppôt pour dormir. Aussi vrai que les entrailles en plastique du sanglier, aussi vrai qu’il fait beau en Californie sans que ce soit franchement l’été.

Trois fois rien.

Une villa moderne, la charlotte aux fraises, une maison de chasseur.

Un bon coup de réalité qui aspire en arrière, qui tient à pas grand chose.

Si ce n’est Alain Chabat et le cinema.

Repeat again please.

ils vont y arriver

pas à n’importe quel prix

 

ils vont y arriver

les aliens finiront

 

ils vont y arriver

quelle qu’en soit la lie

 

ils vont y arriver

les mains s’approcheront

 

ils vont y arriver

le corps fera son lit

trouvera sa position

le chaud

et veillera sur le nid

 

ils vont y arriver

pas à n’importe quel prix

 

ils vont y arriver

les aliens finiront

 

et quelle qu’en soit la lie

les mains s’approcheront

le corps fera son lit

trouvera sa position

le chaud

et veillera sur le nid

 

ils vont y arriver

pas à n’importe quel prix

 

ils vont y arriver

les aliens finiront

 

ils vont y arriver

quelle qu’en soit la lie

 

ils vont y arriver

les mains s’approcheront

 

les aliens finiront

mano.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Mano on the set

Je lis très peu. Les gens pensent que mais en vrai je lis très peu.

J’estime que ce que je dois lire viendra à moi. Je ne sais pas finir un livre qui ne me fait rien, je ne lis pas pour m’endormir. Je lis pour avancer et parfois je fais des pauses parce que ça risquerait de m’accélérer.

Dans le grand bazar des histoires de familles, j’ai croisé Marie Ange Guillaume il y a 20 ans à Paris. Des dîners, des cigarettes, des rigolades, des cigarettes, « ils disaient sur le paquet que les pâtes étaient déjà pimentées mais je ne l’ai pas cru », des salades de mâche fixette d’Hélène … pendant 2 ans je crois. Et jeudi dernier Hélène justement m’offre le dernier livre de Marie Ange « Aucun souvenir de Césarée ».

C’est sensé me plaire puisque c’est le livre d’une fille pour sa mère décédée.

C’est sensé me plaire puisqu’il y a chez Marie Ange ce recul ironique qui peut interloquer les gens en forme de « mais elle est de quel bord elle ? ».

Aucun bord puisque ça flotte sans but précis et qu’il faut bien un deuil pour se remettre au réel et creuser ce passé qui est devant alors que l’avenir nous pousserait dans le dos.

D’un trait hier soir j’ai lu « Aucun souvenir de Césarée » et son style libre pour ne jamais sombrer : « J’aimerais savoir dessiner, pouvoir dire d’un trait la perfection fugace d’un symptôme de vie » mais aussi « je pédale dans le couscous ». Et ça me fait rire. J’ai mélangé joyeusement les identifications, paumée dans les dates. A la fois cette fille qui perd sa mère et cette petite fille dédoublée par un réel familial trop dur qui pourrait être ma mère. Du partir revenir et du temps qui passe sur nous, de ce que l’on doit à avant et de ce que réclame demain. De la dureté des femmes, des espoirs des jeunes filles.

C’est à mi chemin entre ma mère et moi, avec les animaux en moins même si ma mère nous a beaucoup lu Colette aussi.

Et ce grand dadet de Thurston Moore sort The Best Day avec plein de jolies photos de sa momon.

Cadeau pour Marie Ange :  

Essaies encore

Combien de fois l’homme doit-il tomber pour y arriver ?

Combien de fois l’homme doit-il débarquer pour s’y habituer ?

Combien de fois la femme devra-t-elle dire pour qu’il apprenne ?

Combien de fois l’homme doit-il expliquer au général pour qu’il comprenne ?

Combien de fois la femme doit-elle le voir mourir pour qu’elle encaisse ?

Combien de fois pour devenir full metal insensible et moins homme ?

Combien de fois pour vérifier qu’on ne sait pas faire la paix ?

Il y a deux erreurs dans Edge of tomorrow, dans les 5 dernières minutes, le sourire de Tom Cruise et la musique du générique. A part ça, c’est grand.

Un Monsieur qui écrit dans Le Monde parle de « sauver le monde jusqu’à l’écoeurement » et d’avoir « râté une love story potentielle ». Il a presque compris.

Tom Cruise prend son métier très au sérieux. Edge of tomorrow.

How many times must man fall to get there?
How many times must man land to get used to?
How many times a woman will she say to him to learn?
How many times a man must explain to the general understand that?
How often should a woman see him die for it cash?
How many times to become full metal and less insensitive man?
How many times to check we do not know to make peace?